Dur dur d’être prof ?

La semaine dernière c’était la rentrée scolaire, comme une mise en bouche avant une longue fin de semaine. Lundi 5 septembre était jour férié à cause de la fête du travail en Amérique du Nord.  Alors ce mardi 6 marque la VRAIE scolarité débute.

La rentrée mise en bouche lundi 29 août à l'école primaire des petits-enfants de T-Bear

La rentrée mise en bouche lundi 29 août à l’école primaire des petits-enfants de T-Bear

Au temps où T-Bear allait à l’école, la répression disciplinaire était terrible. Les profs avaient le droit de battre leurs élèves et certains ne s’en privaient pas. En conséquence, la réaction des écoliers était aussi démesurée. La plupart de ces professeurs batteurs étaient les plus chahutés… dès qu’ils avaient le dos tourné. Inutile de dire qu’avec eux on n’apprenait rien malgré les coups et les punitions. chahutÀ l’inverse d’autres retenaient l’attention de leurs étudiants sans coup férir au point qu’on aurait entendu  une mouche voler. T-Bear se souvient particulièrement d’un prof d’histoire et géographie qui pendant 2 ans nous a charmé et donné le virus de l’histoire et du voyage : à travers ses talents de conteur et de comédien, on voyait sans besoin d’image ce qu’il racontait. Les enfants de T-Bear ont eu la chance d’avoir un aussi merveilleux professeur : il les a initié aux sciences en secondaire 3 (3ème en France) et ils s’en souviennent encore. Entre ces deux extrêmes la majorité des enseignants  prennent à priori tous les enfants pour des débiles mentaux, comme cette « maîtresse » dans les Têtes à claque.

Pendant les 18 ans que T-Bear a passé dans l’administration d’une école, il a rencontré le meilleur comme le pire. Il y a celles et ceux qui aiment les enfants et leur métier et d’autres (malheureusement les plus nombreux) qui voient les élèves comme un troupeau qu’il faut dominer à tout prix, voir un calvaire à endurer en attendant la retraite. On les reconnaît facilement, c’est ceux qui se plaignent le plus. Ils font des dégâts incommensurables et irréparables sur la jeunesse. rentree-scolaire_610532_516x343Malheureusement ici au Québec ils sont syndicalement inamovibles. Pour le bien-être des enfants, il serait peut-être temps d’abandonner le concept d’ancienneté pour celui de l’efficacité et du mérite.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s