Rimailleur

Depuis sa petite enfance, T-Bear a été séduit par la musique des rimes. Sa maman racontait que dans ses bras, alors qu’il était encore bébé, T-Bear aurait formulé ses premières rimes en voyant un tracteur arrêté : tracteur/menteur.

T-Bear bébé

T-Bear bébé

Certains professeurs de français allèrent jusqu’à lui prédire un avenir dans la poésie et la littérature. À 16 ans ses parents lui payèrent à compte d’auteur une édition d’un recueil de poème intitulé ombre et lumière. Hélas les temps n’étaient plus à la poésie mais aux chansons… qui sont au fond des poèmes mis en musique quand ils ont du contenu. D’ailleurs la reconnaissance par le prix Nobel 2016 de littérature de l’oeuvre de Bob Dylan en est la preuve. bob-dylanCet échec dans l’édition ne découragea pas T-Bear qui écrivit tout au long de sa vie des poèmes. Tout ce qu’il a écrit dans sa jeunesse a disparu, y compris le fameux ombre et lumière. Et il croyait que l’avancée fulgurante des changements de support informatique avaient creusé la tombe de ses écrits de la fin du XXe siècle. Ayant troqué la plume pour le clavier informatique, il les avait religieusement sauvegardés en les transférant du disque souple à la disquette puis à la carte SD puis sur CD et enfin sur disque dur externe. timeline-imageT-Bear est conservateur et il a gardé quand-même les plus récents de ces supports obsolètes. Voulant transférer les plus précieux sur le « nuage », il s’est aperçu à sa grande consternation que les logiciels avaient eux aussi progressé trop vite rendant illisibles les formats trop anciens. Il allait se résoudre à s’en débarrasser quand un proche lui a donné l’adresse d’un spécialiste en restauration informatique. Et voici que grâce à ce magicien, T-Bear a pu assister à la résurrection de ses poèmes disparus. Presque essentiellement ceux de la dernière décennie du XXe siècle, période sombre dans la vie de T-Bear. enceinteEn voici un  dont la forme est censée rappeler le ventre d’une femme enceinte (avec beaucoup d’imagination), dont le contenu reste d’actualité.

Enfants d’aujourd’hui

Enfants errants

Au désert des grands,

Orphelins de la misère,

Des carnages et des guerres,

Otages involontaires et innocents

De la déchirure d’entre leurs parents,

Que pourront-ils donc bien faire de la vie,

Issus du divorce, ces enfants d’aujourd’hui ?

Bâtards légaux de trop de pères ou bien de mères,

Résidus de naufrages dans cette valse d’éphémères,

Les voyez-vous, largués au plus vite dans les garderies

Téter en vain l’amour de mercenaires aux mamelles taries ?

Et pendant ce temps-là leurs parents énervés et haletants,

Courent après le job, après l’amour, après le temps.

Mais le temps s’émiette au fil des heures perdues

À peine née que leur belle enfance s’est fondue

En brume sans joies entre l’école et la télé.

Les voici devenus adolescents échevelés,

Plus inconnus, encore moins écoutés,

En mal d’avenir, en peur d’exister.

À qui la faute, par qui la révolte ?

Ce qui est semé, on le récolte.

Mais demain, oui, demain,

Quel sera leur chemin ?

Un nouveau je t’aime

Ou bien le même ?

Mai 97

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans poète, poète. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s