Au cyber marché du cul

drague

Au cyber-marché du cul

C’est sur Internet de nos jours

Qu’on cherche le parfait amour,

Comme si on trouvait des fraises

Au milieu d’une forêt de sapin

Ou bien qu’on quêtait une braise

Sous les cendres d’un chagrin.

—-

La modernité a remplacé la marieuse

Avec une froide méthode laborieuse.

On doit étudier comme pour un cheval

Un pedigree avant d’accorder son aval.

Foin des sentiments tout est technique

Pour satisfaire des besoins pathétiques.

Mais l’amour n’est pas

qu’un simple gros repas

Pour rassasier une faim

Au cyber restovite du coin,

Pour vider son trop plein

Ou combler un vide utérin.

Au hasard d’une rencontre imprévue

En campagne ou au coin de la rue

Un frisson soudain vous crispe le coeur,

qui embrase corps et âme de rougeur.

Une déraison à nulle autre pareille

Vous ballotte de l’enfer jusqu’au ciel.

L’amour, c’est une incomparable folie.

Une force aveugle qui dérange la vie.

Un désastre qui catapulte vers le sublime

Un envol irrésistible au fond de l’abîme.

Rien à voir avec cette logique ridicule

Vendue en ligne au cyber marché du cul.

T-Bear 19/10/2016

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans poète, poète. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s