Derrière

Quatre jours de pluie presque ininterrompue au Québec ont bien imbibé la terre et empêché T-Bear de sortir de sa tanière. Il y a même eu dans la nuit de samedi à dimanche assez de neige collante et lourde poussée par un grand vent pour priver d’électricité près de 9000 personnes en Montérégie, la banlieue sud de Montréal.

image sur twitter publiée par le journal La Presse le 23/10/2016

image sur twitter publiée par le journal La Presse le 23/10/2016

Évidemment en cette saison la neige n’a pas tenu et quand T-Bear s’est réveillé dimanche matin, tous ces désagréments étaient déjà derrière et donc du passé. De toute manière on ne peut prononcer « présent » sans qu’il soit déjà du passé. T-Bear s’est alors souvenu d’un poème vachement songé qu’il a récupéré dernièrement et qu’il partage avec vous.

Derrière…

Derrière la vie, il y a la mort
Et derrière la mort, la naissance.
Derrière l’esprit, il y a le corps
Et derrière oubli, réminiscence.

Derrière l’arbre se cache la forêt
Et derrière la feuille, une vie ignorée.
Derrière chaque étoile, il y a l’univers
Et derrière face, il y a l’envers

Même derrière le despote, il y a une âme
Comme derrière chaque homme, une femme.
Derrière le menteur se tient le fiable,
Comme derrière Dieu est le Diable.

Derrière la foule, il y a la solitude
Et derrière la solitude un désert peuplé.
Derrière le génie se dresse la platitude
Comme derrière le beau se reflète le laid

Derrière le soleil s’étend l’univers
Comme derrière prière il y a la foi.
Derrière chaque tout, il y a un revers
Et derrière moi, il y a quoi ?

R. Bourges Février 98

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans poète, poète. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s