Première bordée

On nous l’avait annoncée et la voici. Dimanche T-Bear s’était endormi au clapotis de la pluie et le lundi matin le grondement rageur d’un chasse neige l’a réveillé. Une neige épaisse d’automne avait pendant la nuit recouvert d’une doudoune (édredons) blanche la pelouse encore bien verte hier.

devant chez T-Bear

devant chez T-Bear

Le vent en rafale bouchardait les portes et les fenêtres.

la porte d'entrée de T-Bear

la porte d’entrée de T-Bear

Difficile dans ces conditions le chemin de l’école. dscf2416Certains parents dévoués avaient dû prendre une demi heure de leur temps pour déglacer leur véhicule afin de convoyer en toute sécurité leur progéniture. dscf2420Contrairement aux premières neiges qui fondent, une température diurne en bas du point de congélation a maintenu une épaisse couverture au sol. Cependant, il est encore trop tôt dans la saison pour qu’elle ne s’évapore pas… sauf en montagne pour les amateurs de ski. En attendant c’est le sport national du pelletage pour les Québécois qui vient de commencer.

Elle tient encore

Elle tient encore

C’est drôle comme la première neige malgré tout rend les gens joyeux, nonobstant (nono veut dire naïf en Québécois) de longues années de mauvaises expériences. Après 5 mois de calvaire en ville, plus personne ne rit pourtant à la dernière tempête.    

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans Québec, mes amours. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s