Journal d’un Français repartant du Québec

1e janvier: Bonne année. Notre souhait le plus cher serait qu’il arrête de neiger. Les fêtes finissent, alors on n’en a plus besoin. Mais à la météo, ils en annoncent 10 pouces… (25 cm, je crois). Enfin, c’est le Québec !!!

blizzard3 janvier: Le connard de la météo s’est trompé. On en eu 24 pouces (60cm) et avec du blizzard. Non, mais c’est dingue ! Ça fait trois jours qu’on n’est pas sortis sauf pour pelleter la putain d’entrée chaque fois que ce con passe son putain de chasse neige. On ne peut aller nulle part, l’auto est prise dans une montagne de cette m…  blanche. Il y en a marre à la fin !

Elaine Weston– 28 janvier: Et bien, il paraît que le blizzard du 3 janvier n’était qu’une petite tempête. Là, on a de la neige jusqu’au toit et moi j’en ai raz le bol, mais alors là, rasibus. Si ça continue comme ça, rien ne sera fondu avant le mois d’août. Même le chasse-neige est resté pris dans les congères. pelleteuse à neigeCet enfoiré de conducteur a eu le culot de vouloir m’emprunter ma 6e pelle de la saison. Je ne sais pas ce qui m’a retenu de la lui casser la gueule. En tous les cas je lui ai dit ma façon de penser. Et bien, il s’est mis à rire, ce fils de pute. Et il a eu le toupet de vouloir me faire la leçon en me disant qu’au Québec les gens s’entraident. Un nul !

sortir sa voiture– 12 février : -27°C aujourd’hui. Et avec le vent, ce qu’ils appellent le facteur éolien, c’est comme si il faisait -39°C. Mais c’est complètement cinoque, quoi !!! Faut être maboul pour sortir avec un froid pareil. survoltageIl a fallu appeler une dépanneuse pour survolter la voiture. « Bouster » comme ils disent ici. 45$ pour 5 minutes. Résultat, je suis arrivé en retard au travail. Par chance, je n’étais pas le seul. Et en revenant un abruti de chevreuil a traversé sans regarder et nous avons eu un accident. accidentJ’en ai pour 5000.00$ de réparations et il est interdit de récupérer la bête en compensation. Mais c’est nul, enfin !!! C’est inutile et dangereux, les chevreuils. On devrait tous les tuer d’autant plus que c’est dégueulasse à bouffer.

temps des sucres– 26 février : Parlant de bouffe, il paraît que c’est le temps des sucres et on est allé à la cabane à sucre la plus proche de chez nous. Il a fallu faire la queue dehors et se geler les pompons. Bon, les gamins sont allé faire des glissades et ils ont visité ce qu’ILS appellent la ferme. 2 gros percherons, quelques poules, 1 mouton et 1 lama qui n’a rien à foutre au Québec. Finalement on a pu entrer. On était serrés comme des sardines. Et alors là, le repas ! repas-de-cabane-a-sucreC’est dingue ! Tout baigne dans du sirop d’érable y compris les oeufs, le jambon À L’ANANAS, les saucisses de Strasbourg et les fayots qu’ils appellent ici des « fèves », n’importe quoi. Pas mangeable. On était tellement écoeuré par tout ce sucre qu’on s’est tiré avant la « tire » du sirop sur la neige. Non, merci et très cher en plus. On ne m’y reprendra pas.

verglas112 mars: On a eu un petit réchauffement ces deux derniers jours, et on croyait que le printemps allait arriver. Et bien non !!!! Mais alors là, ça dépasse les bornes. On a eu de la pluie verglaçante toute la nuit. Non seulement il y a une branche d’arbre qui a défoncé le toit de la maison, mais les fils électriques ont été cassés et on n’a plus d’électricité pendant 4 jours. On a gelé jusqu’à l’os malgré les couvertures et le poêle. geléNotre réserve de bois de chauffage est vide et la tuyauterie a fendu. On ne peut même pas bouger parce que l’épandeuse de sel est coincée dans la vallée. Ma femme et les enfants sont transis. On n’en peu plus de ce cauchemar. Quel pays de merde ! 

20 avril 09 - les outardes– 7 avril : Les oies sont de retour au bord du lac, les pieds dans la glace. Même si il y a encore de la neige partout et qu’elle est dégueulasse, on pensait bien en avoir fini pour cette année et qu’elles annonçaient le printemps. Qu’est-ce que ça peut être con ces bestioles ! 5 pouces (13 cm) de neige cette nuit. Résultat, comme ça se transforme en gadoue, on en a plein le pare brise et on n’y voit queue d’al. Les essuies glaces ne font que beurrer davantage la vitre. 1398_givreRésultat, j’ai pas vu que le connard devant moi avait freiné. Je l’ai engueulé comme il se doit et au lieu de fermer sa grande gueule, il m’a dit de retourner dans mon pays si je ne savais pas conduire dans la « sloch ». C’est comme ça qu’ils appellent la gadoue ces nullards. Quels racistes ces Québécois ! Peux plus les endurer.

début mai Québec– 01 mai: Le lac est encore gelé par endroit et les feuilles n’ont même pas encore débourré. Chez nous, il y a longtemps qu’elles sont sorties et que tout est en fleur. Quel pays de merde !

fête nationale– 24 juin : Enfin la chaleur ! Bonne fête les Québécois. Bon, ça ne vaut pas un 14 juillet en France, mais c’est quand-même pas si mal… SI il n’y avait pas eu ces putains de saloperie de moustiques. On n’a même pas pu assister au feu d’artifice tellement on a été piqué. bed-bug-bitesComme il faisait chaud, les enfants ont voulu se baigner. À leur retour on aurait dit qu’ils avaient la rougeole. Les maringouins qu’ils appellent leurs putains de bordel de merde de moustiques. Le froid sibérien du Canada, c’est bien connu, on s’y attend quand-même un peu. Mais les moustiques !!! Personne ne nous avait prévenus. C’est infernal

fr_chalet– 15 juillet : Je viens de revendre la maison à un Français tout frais arrivé. Il est enchanté. Pauvre imbécile, attend un peu l’hiver ! Nous, nous retournons en France… à la Martinique.

T-Bear s’est inspiré d’une anecdote lue sur fesse bouc il y a quelques années. T-Bear a constaté un actuel engouement des Français pour son pays d’adoption, le QUÉBEC. T-Bear n’aurait rien contre, au contraire car il y vit depuis 46 ans et ne pourrait s’en passer. Mais cet emballement est dû à une publicité fallacieuse de promoteurs qui transforme notre cruel hiver en partie de plaisir et s’abstient totalement de parler des moustiques l’été qui transforment la « belle cabane au Canada » en enfer. 

Par contre heureusement que des migrants Français ont tenu le coup il y a cinq cents ans, car sinon le Québec n’existerait pas. Et il y en a beaucoup de nos jours qui, une fois adaptés, ne peuvent plus s’en passer comme T-Bear.

The start of the parade as Tom Turkey and the Yellow Macy Stars head down 6th Ave. in the 88th Macy's Thanksgiving Day Parade in New York in New York, Thursday, Nov. 27, 2014. (Gordon Donovan/Yahoo News)

The start of the parade as Tom Turkey and the Yellow Macy Stars head down 6th Ave. in the 88th Macy’s Thanksgiving Day Parade in New York in New York, Thursday, Nov. 27, 2014. (Gordon Donovan/Yahoo News)

Aujourd’hui nos voisins Américains fêtent le « Thanksgiving day », leur action de grâce à eux. Hécatombe chez les pauvres dindes US. Et dire que c’est pour commémorer le sauvetage des « Pilgrims » (pèlerins) par ces oiseaux qu’on les immole ce jour là. Espérons qu’avec l’élection de leur nouveau Président, nos voisins ne seront pas les dindons de la farce.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans CONTES FAFERLUS, Journal d'un Français. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Journal d’un Français repartant du Québec

  1. Na na na j avais compris. Il y a peut-être et certainement la publicité pour la belle vie au Québec mais faut être un peu nœud nœud de partir s’etablir dans un pays sans s être bien renseigné sur le climat et ses caprices, les us et coutumes de la région etc… Tout ce qui fait la vie de tous les jours.
    Bon mardi après-midi qui, j’espère sera aussi ensoleillé que chez moi.

    J'aime

  2. tbearbourges dit :

    Malheureusement les noeud noeud (j’aime bien l’expression en passant) ne manquent pas, je peux vous le garantir pour avoir été aidé la première année (1969) et en avoir aidé. C’est qu’on a beau parler du froid, tant qu’on n’a pas vécu un hiver ici, on ne peut pas s’en rendre compte. Le plus terrible reste encore le 2e hiver et après, le corps s’adapte. Ni les soldats de Napoléon ni les Allemands, malgré les études, ne pouvaient concevoir le ressenti du facteur vent qui, ajouté au froid, a décimé leurs troupes. Pareil ici. C’est pire encore pour les moustiques dont personne ne parle. De mi juin à fin juillet dès qu’on s’éloigne des villes démoustiquées, on évolue dans un brouillard de bibittes suceuses de sang et avides de chair fraîche. Et puis, on apprend à s’en prémunir et à endurer. Au mois d’août tout redevient vivable.
    Il neige en ce moment, mais cette nuit et demain mercredi, comme le dit mon blog, on ne sait pas ce qui va nous tomber sur la citrouille entre neige ou pluie verglaçante avec un maximum de +1 et des rafales jusqu’à 70km/h
    Bonne nuit et bon mercredi à vous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s