Guedilles aux fruits de mer

Voici pour Noël une recette bien Québécoise pour buffets ou entrées de Noël. Très simple et facile à préparer, la guedille n’en reste pas moins très appréciée. Typique des régions du bord de mer ou le bas du fleuve où les fruits de mer abondent et ne sont pas chers, ce mets est devenu un peu plus rare au centre/sud du Québec 0ù tout ce qui provient de la mer est inabordable pour le commun des mortels. Et pourtant c’est le mets marin le moins cher de sa catégorie à tel point qu’il a engendré une expression méprisante « ce n’est que des guedilles » pour désigner ce qui n’a pas d’importance. Chacun son point de vue, T-Bear aime bien les guedilles.

gue-dille-au-homard_1453491753_2560x1440

Guedilles aux fruits de mer

Ingrédients : pour 4 personnes

  •        4 pains à hot dog
  •       625 g (1 1/4 lb) de fruits de mer (ou goberge), coupés en morceaux
  •        5 ml (1 c. à thé) de curcuma ou de curry (facultatif)
  •        80 ml (1/3 tasse) de mayonnaise maison ou du commerce
  •        80 ml (1/3 tasse) de yogourt grec nature
  •        2 oignons verts finement hachés
  •        feuilles (uniquement) hachées
  •        15 ml (1 c. à soupe) de jus de citron
  •        Zeste de citron, au goût
  •        Sel et poivre, au goût
  •        45 ml (3 c. à soupe) de beurre à la température ambiante
  •        Quelques feuilles de laitue iceberg (batavia ou scarole)

Préparation

Mélangez dans un grand bol tous les ingrédients (sauf la laitue) et assaisonnez à votre goût. Beurrez des 2 bords les pains à hot dog et faites les revenir dans une poêle ou faites les toaster des 2 bords et beurrez-les ensuite. Farcissez-les généreusement avec la préparation et garnissez de feuilles de laitue.

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans SLURP ! MIAMIAM. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s