Mais quoi brasse les cartes ?

Il y a 3 ou 4 années de ça, alors que T-Bear gardait ses petits enfants et les « Schtroumpfs » (leurs cousins et amis), une dispute éclata entre frère et/ou soeur. Et l’un (l’une) d’eux posa l’incontournable question : Ça s’peut pas que ce soit mon frère. D’où la déduction inévitable : on a le même papa et la même maman et pourtant lui et moi on est trop différents.

Les Schtroumpfs. Manquent Charlotte et Angie.

Au temps des Schtroumpfs. Manquent Charlotte et Angélie.

Alors T-Bear chercha et trouva 2 jeux de 32 cartes à jouer. L’un avait l’endos rose qu’on attribua à la maman et l’autre bleu qui représenta le papa. T-Bear leur expliqua que chaque jeu représentait les particularités de chacun de leurs parents, qu’on appelait les gènes. Quand Papa et Maman voulaient avoir un bébé, ils brassaient ensemble leurs 2 jeux de cartes en s’aimant bien fort. « Ah ! C’est pour ça que ils font autant de bruit » s’exclama l’un des Schtroumpfs. Toutes et tous savaient par expérience que les bébés grandissaient dans le ventre de la maman et non dans les choux ou les fleurs (ou les chou-fleurs) comme aux temps de T-Bear. bibelot-choux-rose-8Donc logiquement, dans le ventre de la maman, il devrait y avoir un mélange de 64 cartes. Or quand un bébé naît, il n’a QUE 32 cartes comme tout le monde. Alors, qu’est-ce qui est arrivé ? Il y a donc 32 cartes qui ont été écartées pendant que le bébé grandissait dans le ventre de sa maman. Alors T-Bear a demandé à un(e) des belligérants de brasser et d’étaler dos en l’air les 62 cartes, puis d’en écarter au hasard sans les regarder 32, puis d’étaler ce nouveau jeu. Modernité oblige, T-Bear prit une photo avec son téléphone intelligent. Après avoir réuni et re-brassé les 64 cartes, on recommença l’opération avec l’autre malcommode. imagesEn comparant les 2 photos tous les enfants constatèrent les différences mais aussi les ressemblances. Après ce cours de génétique (qui dépassait leurs attentes comme d’habitude avec T-Bear), toute la bande s’éparpilla pour jouer sans plus douter de leur fraterie. Probablement ils ne s’en souviennent même plus… Mais il est resté comme une frustrante sensation d’inachevé dans la tête à T-Bear.

Hands of the fortuneteller on a black background

QUOI écarte les cartes jugées superflues au moment où spermatozoïde et ovule fusionnent pour ne former qu’une seule cellule, le zygote ?… COMMENT se fait le choix ? Et que deviennent les écartées ? 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s