The Disunited States of America (DSA)

Le nouveau Président des États Unis d’Amérique concentre à lui seul tout ce que T-Bear peut détester dans notre humanité. Pour T-Bear, il est incontestablement le plus typique et donc le meilleur représentant de cette caste politique qu’il abhorre et contre laquelle il lutte de tous ses pauvres et petits moyens depuis des décennies. Mais attention. Ce n’est pas parce qu’on déteste qu’il faut se laisser aveugler. ourson-se-voilant-la-faceAu contraire, il faut minutieusement étudier les forces et les faiblesses de son ennemi comme le pratiquent les grands sportifs. Malheureusement c’est ce que ne font pas les mauvais journalistes des médias d’information. Le travail d’un véritable annaliste médiatique n’est pas de séduire avec démagogie son auditoire ou ses lecteurs par des écrits ou des images qui vont faire monter sa côte d’écoute. Il doit se questionner sur les CAUSES d’un évènement et soumettre les réponses au jugement de ses lecteurs.

WASHINGTON, DC - JANUARY 21: Protesters gather on the National Mall during the Women's March on Washington January 21, 2017 in Washington, DC. The march is expected to draw thousands from across the country to protest newly inaugurated President Donald Trump. Aaron P. Bernstein/Getty Images/AFP

WASHINGTON, DC – JANUARY 21: Protesters gather on the National Mall during the Women’s March on Washington January 21, 2017 in Washington, DC. The march is expected to draw thousands from across the country to protest newly inaugurated President Donald Trump. Aaron P. Bernstein/Getty Images/AFP

À travers toutes les images télévisées et les éditoriaux qui submergent l’opinion publique sur Trump et les anti-Trump, un seul éditorialiste Français, Philippe Boulet-Gercourt du journal L’Obs, s’est posé la VRAIE question. Si plus de 1 million de femmes ont manifesté contre Trump le 21 janvier 2017, lendemain de l’investiture, « Pourquoi une majorité d’électrice blanches ont-elles choisi Donald Trump plutôt que Hillary Clinton ? » T-Bear vous recommande de lire jusqu’au bout dans cet article les réponses des militantes anti-Trump face à cette question. 15854082Dedans T-Bear y voit les clivages qui désunissent les États soit-disant Unis d’Amérique. En premier lieu, il y a bien sûr le racisme endémique généré par l’esclavage et exacerbé par la guerre de sécession. Plus concentrée et ouverte traditionnellement dans les anciens États Sudistes, cette ségrégation n’en est pas moins hypocritement présente mais occultée dans les États du Nord, du centre et de l’Ouest. T-Bear l’a bien ressentie tout au long de ses 4 années d’errance à travers les États Unis. Les Américains blancs ne pardonneront jamais à la « sous race » Afro-américaine déportée et réduite en esclavage d’avoir osé demander l’égalité des droits avec la race « supérieure » blanche. Ni aux Amérindiens d’avoir été exterminés par les blancs. 15854084En plus de ce racisme historique, s’ajoute depuis le 11 septembre 2001 l’actuelle phobie de tout ce qui peut menacer la suprématie de la race blanche physiquement ou économiquement comme avec la main d’oeuvre mexicaine ou la colonisation chinoise et asiatique du monde occidental. C’est l’un des facteurs principaux qui divise la population américaine et qui a fait élire Trump. 4912067_6_ff5b_valente-martinez-22-ans-marche-avec-des_d1eab777b766e08befba2354f5015b16Toute aussi historique est la scission entre le puritanisme et le libéralisme américain qui à l’origine de la fondation des États Unis. Pendant son séjour aux USA, T-Bear et sa compagne ont été confondus de découvrir en dehors des grandes villes l’omniprésence des sectes intégristes chrétiennes. Leurs prédicateurs non seulement distillent la haine raciale mais aussi la DOMINATION VOULUE PAR DIEU de l’homme sur la femme. Principes qui n’ont rien à envier à l’intégrisme islamique. Le dimanche, les femmes convergent vers les églises habillées de robes descendant jusqu’aux chevilles, un chapeau ou un foulard sur la tête. Elles sont bien entendu farouchement contre l’avortement. Et ce sont ces femmes noires ou blanches religieusement asservies qui ont majoritairement voté pour Donald Trump. 5826b7f4c361885c148b45a0Les contestataires que l’on a vu défiler à Washington le 21 janvier 2017 représentent la face moderne du libéralisme américain, celle des intellectuels de Thomas Paine à  John Rawis et de la grande majorité des artistes. C’est cette intelligentsia qui donne l’apparence et l’illusion d’une Amérique progressiste et démocratique. Malheureusement elle est agissante mais minoritaire. 5037570lpw-5037601-article-obama-jpg_3705530Pire encore, cette fracture entre libéralisme et puritanisme sème la discorde au sein même des deux partis Démocrates et Républicains. C’est d’ailleurs ce qui a miné autant les campagnes de Hillary Clinton que de Donald Trump et empoisonné TOUTES les 44 administrations qui ont précédé celles de Trump. Certains ont même été assassinés. Rassurez-vous, elle ne manquera pas d’ébranler la sienne et ceci dès le départ comme on vient de le constater. 7785696570_new-york-des-milliers-de-manifestants-sont-descendus-dans-les-rues-pour-protester-apres-l-election-de-donald-trumpPour finir de comprendre l’imbroglio qui brasse la vie politique du pays militairement (encore) le plus puissant du monde, il  faut se rappeler que leur Président n’est pas élu au suffrage universel mais par un collège électoral constitué de 538 « grands électeurs« , qui eux, sont élus au suffrage universel dans chacun des États du pays. C’est ce qui a permis à Trump de l’emporter bien qu’Hillary Clinton ait obtenu autour de 2 millions de votes de plus que lui.

Republican U.S. presidential candidate Donald Trump speaks during a campaign rally at the Treasure Island Hotel & Casino in Las Vegas, Nevada June 18, 2016. REUTERS/David Becker - RTX2GYKG

Republican U.S. presidential candidate Donald Trump speaks during a campaign rally at the Treasure Island Hotel & Casino in Las Vegas, Nevada June 18, 2016. REUTERS/David Becker – RTX2GYKG

Qu’on se le dise, à moins d’une destitution « impeachment » (pour folie peut-être ?) très difficile à obtenir, Trump est fait pour rester (hélas pour le libéralisme) et le reste du monde devra composer avec, qu’il l’accepte ou non. Quelle que soit la propagande illusoire de nos pays pour contrer les déclarations bouleversantes du nouveau président, il est malheureusement soutenu par la majorité BLANCHE (persillée d’églises noires) puritaine  et même parfois libérale de son pays.  

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s