Au temps s’estompe la neige

Passent les saisons et s’écoulent nos vies à travers l’indifférence du temps immuable et figé. T-Bear en voit la preuve avec l’entrée de sa tanière. Le 16 février 2017, impossible d’espionner ses voisins à travers portes et fenêtres.

L'entrée de la tanière à T-Bear le 16 février 2017

L’entrée de la tanière à T-Bear le 16 février 2017

À peine 7 jours de douceur où le soleil à caressé le point de congélation, son horizon s’est élargi.

La voici le 23 février 2017

La voici le 23 février 2017

Deux jours plus tard,  le dimanche 25 février, 18h de pluie ont dégagé une petite bordure d’herbe frileuse mais verte. Rêve de printemps précoce ? Que la mémoire est courte quand on veut croire.

le 25 février 2017

le 25 février 2017

Dans notre pays de froidure, dame Nature a l’habitude au temps du carne avale de déblayer chemins et d’alléger toitures du surpoids de neige en prévision des blizzards de la première quinzaine de mars. Ce redoux éphémère tant apprécié avertit les vivants que les grands froids (au dessous de -20°C) sont derrière eux. Il ranime aussi les bourgeons de leur long engourdissement dans l’espoir du printemps.  

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans Québec, mes amours. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s