Hymne aux femmes

peinture de Svelta Simeonova

peinture de Svelta Simeonova

Journée mondiale de la femme. T-Bear voudrait qu’un jour, il n’y ait plus besoin de consacrer une seule journée à la femme pour la reconnaître, car sa reconnaissance serait aussi incontestable qu’une évidence. Mais plus seulement par des mots. C’est trop facile à dire, un bouquet de fleurs, un repas, un baiser, le lit… Et puis le lendemain est un autre jour, on n’en parle plus, tout recommence comme avant.

Et même si l’occident machiste a fait quelques avancées de limace dans la bonne direction par rapport aux pays que, politiquement, la propagande montre du doigt pour justifier sa lenteur, l’inégalité dans les salaires, dans l’échelle sociale et jusque dans partage des responsabilités familiales montrent qu’un bien long et cruel chemin reste encore à gravir. Les femmes du monde entier doivent se battre encore et encore et toujours pour ne pas être tout simplement battues. Mais l’essor des femmes est irréversible. Alors qu’après des millénaires d’assujettissement, leur premier instinct est de se retirer sur la pointe des pieds, de plus en plus de femmes bravent maintenant leur crainte pour OSER changer en allant de l’avant comme le montre cette magnifique vidéo de libération de l’être.

 Et pour conclure ce billet du 8 mai consacré à VOUS qui êtes la source de vie, T-Bear partage avec vous ce très beau poème du chanteur Corneille :

Le bon dieu est une femme

La terre saigne depuis la nuit des tempsDe grandes misères et de guerres souvent

Et pour chaque soldat qui rentre une femme attend.

Les hommes, les pires et les tout-puissants

Les pires bourreaux et même Adolf vivant

Avaient tous au moins une femme qui les aimait tant

Quand c'est pas une soeur, c'est une mère qui aime

Et quand c'est pas la mère, c'est l'épouse qui aime

Et quand c'est pas l'épouse, c'est une autre femme

Ou une maîtresse qui espère

Alors

Si c'est vrai qu'elles nous pardonnent tout

Si c'est vrai qu'elles nous aiment malgré tout

Si c'est vrai qu'elles donnent aux hommes le jour

Moi je dis, que le bon Dieu est une femme.

Nos mères paient depuis la nuit des temps

Depuis l'histoire de la pomme d'Adam

Elles portent les maux et les torts du monde tout leur vivant

Le ciel bénisse la femme qui aime encore

Un infidèle jusqu'à la mort

Faut être Dieu pour être trahie et aimer plus fort

Quand c'est pas une soeur, c'est une mère qui aime

Et quand c'est pas la mère, c'est l'épouse qui aime

Et quand c'est pas l'épouse, c'est une autre femme

Ou une maîtresse qui espère

Alors

Si c'est vrai qu'elles nous pardonnent tout

Si c'est vrai qu'elles nous aiment malgré tout

Si c'est vrai qu'elles donnent aux hommes le jour

Moi je dis, que le bon Dieu est une femme.

Si l'or du monde était dans la main d'une femme

On lui ferait la cour pour l'avoir

Imagine les hommes s'ils n'avaient qu'à chanter l'amour pour avoir

Si c'est vrai qu'elles nous pardonnent tout

Si c'est vrai qu'elles nous aiment malgré tout

Si c'est vrai qu'elles donnent aux hommes le jour

Moi je dis, que le bon Dieu est une femme.

Chanteur Corneille 

 

 

 

 

 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans C'EST AINSI QUE LES HUMAINS VIVENT. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s