Pâté de Pâques berrichon

Vous recevez à Pâques ou vous participez à un buffet dit espagnole en famille ou entre amis, voici une recette de pâté pour épater sans trop se fatiguer. On retrouve une recette russe presque identique. Ils y ajoutent un peu de muscade râpée, un soupçon de girofle en poudre et bien entendu de la cannelle en poudre. Alors c’est à votre choix.39948_large

Pâté de Pâques berrichon

Ingrédients :

  • 300 g de chair à saucisse
  • 200 g de veau haché
  • 200 g de volaille hachée
  • 130 g de jambon haché
  • 2 échalotes
  • 1 bouquet de ciboulette
  • 1 petit bouquet de persil
  • 6 brins de thym frais
  • 2 c. à soupe de grains de coriandre concassés
  • 2 oeufs frais + 6 oeufs durs + 1 jaune
  • 2 c. à soupe de créme fraîche
  • 15 g de beurre
  • 2 rouleaux de pâtes feuilletées
  • sel et poivre

Préparation :

Préchauffez le four à 200° C

Écalez les oeufs durs. Mélangez toutes les viandes dans un saladier. Pelez et hachez les échalotes. Lavez et hachez la ciboulette et le persil. Ajoutez-les dans le saladier ainsi que le thym effeuillé et la coriandre. Salez et poivrez. Mélangez tout en malaxant les ingrédients. Incorporez les oeufs frais puis la crème fraîche.

Beurrez un moule à cake. Foncez avec la première pâte feuilletée. Remplissez avec la moitié de la farce. Lissez et tassez bien. Ajoutez les oeufs durs en file indienne en les enfonçant légèrement. Couvrez avec la farce restante. Lissez à nouveau et tassez. Taillez un rectangle dans la pâte feuilletée restante, de la même dimension que le moule. Posez-le sur la farce. Soudez les bords. Badigeonnez la surface de jaune d’oeuf. Enfournez pendant 1 heure. Laissez tiédir 10 minutes avant de démouler.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans SLURP ! MIAMIAM. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s