La galère !

Il faut dire que T-Bear s’était donné deux gros défis au cours des deux premiers mois d’été. Il a voulu participer au concours « la plume francophone » organisé par Amazon. Pour y participer il fallait au moins y publier un livre avant le 31 août, soit en version numérique sur Kindle, soit en version papier. Or T-Bear s’était donné le défi de publier dans les deux versions non pas un mais deux livres. Le premier la révolte du mouton : l’agneau rouge fut édité dans les deux versions sous la catégorie roman sur Amazon fin juillet aux USA et début août au Canada et en France. Des amis eurent la gentillesse de l’acheter dont Nicole Teulière qui a laissé un très élogieux commentaire. Merci Nicole.

Version numérique Kindle.
Gratuit pour les abonnés Kindle

Le deuxième s’inscrit dans la catégorie nouvelle. Ce sont les contes faferlus écrits sur ce blog tout au long des années du dit blog. Ce qui lui paraissait à priori facile se révéla être la galère. Il fallut remplacer les images et les hyperliens explicatifs par des mots. En fait, T-Bear a pratiquement tout re écrit les textes en y ajoutant bien sûr de nouvelles idées. La version numérique fut achevée le 26 aout. Restait à mettre en forme la version brochée pour qu’elle devienne un vrai livre papier avec sa couverture et son endos. Et là, ce fut la deuxième galère. T-Bear en a appris beaucoup sur le travail d’éditeur qu’il faut faire soi-même sur Amazon. Bref,  à 3 jours de l’échéance fatale et à deux heures du matin le 28 aout tout fut envoyé.

couverture de la version papier

Si les deux versions des contes parurent bien les 27 et 29 aout sur Amazon.com, ce fut bien différent pour Amazon.ca (Canada) et Amazon.fr (France/Europe). Ce n’est qu’aujourd’hui 7 septembre que les deux versions sont disponibles partout et que T-Bear peut aborder enfin sur la plage tranquille de vacances qu’il pense bien méritées.

Enfin des vacances

Il quitte donc temporairement la chiourme créatrice pour vous retrouver sur le blog et vivre un peu hors clavier. 

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans La plume à T-Bear. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s