Bonne rentrée…

En septembre, la rentrée n’est pas seulement réservée aux enfants. Il y a celle des grands enfants, ceux qui nous coûtent beaucoup plus cher à faire vivre : les politiciens. Il y a les élus du peuple qui sont censés administrer par procuration notre patrimoine national pour notre bien.  En face, il y a l’opposition qui a pour mission d’empêcher les gouvernants de gouverner quoique ces derniers fassent. Au contre pouvoir, s’ajoutent les para-politiciens anti-tout qui n’ont pas été élus au suffrage universel. Il y a d’abord les pseudo défenseurs institutionnalisés des travailleurs, élus en congrès restreint pour donner l’apparence d’un mouvement démocrate. T-Bear connaît très bien les magouilles de ces intouchables pour y avoir adhéré en ses jeunes années avant de claquer à ses risques et périls la porte complètement écoeuré. Et puis, en périphérie mais non les moindres, il y a tous ces idéologues de façade qui essaient de se faire du capital politique en brassant la vase de toute cette tourbière politique nauséabonde. Le plus étonnant est que nous, pauvre peuple priez pour nous, arrivions à survivre malgré tout. Surtout que, quels que soient les partis et les enjeux, finalement c’est nous que pouvoir et contre pouvoir prennent en otage. La rentrée qui marque le retour au gagne-pain des prisonniers du boulot est aussi celle des grèves qui les empêchent d’y accéder et des manifestations qui les immobilisent. Là encore, l’expérience de T-Bear lui a montré le trucage des manifs. Quand les dirigeants du contre pouvoir ne sont pas sûrs d’avoir les effectifs voulus pour impressionner, ils font appel aux mercenaires. Ce sont des désoccupés de tous âges, de tous sexes et de toutes appartenances politiques ou religieuses qui se laissent recruter pour la balade gratuite, un bon repas et quelques sous. Impossible alors de distinguer les vrais des faux. Alors le pouvoir riposte en y infiltrant ses propres mercenaires dont le mandat est de faire dégénérer une manifestation passive en violences pour écoeurer l’opinion publique… au grand plaisir des médias de désinformation. Depuis la révolution française il y a près de 300 ans, le mois de la rentrée est devenu le « septembre briseur ». En France la saison démarre ce mardi 12 septembre. Chez nous au Québec, on a un peu de retard cette année.

A propos tbearbourges

T-Bear est mon pseudonyme : T comme Tree (arbre en anglais) et Bear (ours en anglais). Pourquoi un pseudonyme en anglais pour un français ? L'ours (bear) est l'animal totem qu'un ami Cree, un peu chaman sur les bords, m'a donné alors que je travaillais en exploration pour le compte d'Hydroquébec dans le grand nord Québecois. Les Cree ne parlent qu'un dialecte algonquin et que l'anglais. Donc, Robert se transforma en Bear auprès d'eux d'où mon surnom totem Blackbear (ours noir) à cause de ma barbe et de ma grosse voix. De retour en France il y a quelques années, un mien petit neveu me surnomma Tibère en référence à la vedette ours d'un dessin animé qui passait à la TV en ce temps là. Le surnom m'est resté et je l'ai modifié pour y inclure Tree, l'arbre de la forêt tant aimée et mon totem en mémoire de mon ami Cree et de tous ceux que j'ai connu à Mistashibi, Vieux Comptoir, Fort Ruppert et à Matagami.
Cet article a été publié dans ÉLUCUBRATIONS À T-BEAR. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s