Archives de catégorie : l’incontournable imposture d’être

ou comment on passe sa vie à détourner à son profit sa propre histoire

L’incontournable imposture d’être : la danse nuptiale de la fiction avec la réalité

(suite et fin de et de et de et de et de et de) … devant ma tombe, j’attendais avec impatience la réponse de LA VOIX quand ce fut celle d’un enfant qui me demanda : « Dis, tu veux jouer avec moi ? » Un petit garçon vêtu … Lire la suite

Publié dans l'incontournable imposture d'être | 4 commentaires

L’incontournable imposture d’être : des marionnettes

(suite de et de et de et de et de) … « Ainsi font, font, font /les petites marionnettes/ Ainsi font, font, font/ 3 p’tits tours et puis s’en vont… » chante mécaniquement ma maman devenue marionnette de bois. J’ai 3 ans. Je suis une … Lire la suite

Publié dans l'incontournable imposture d'être | 2 commentaires

L’incontournable imposture d’être : imposteur sans le savoir.

(suite de et de et de et de) … J’entends des halètements et sort de mon brouillard un couple qui copule. Du moins je ne vois que la partie supérieure du corps houleux d’une femme qui gémit et c’est ma … Lire la suite

Publié dans l'incontournable imposture d'être | 2 commentaires

L’incontournable imposture d’être : damnation

… comme dans un manège qui démarre, je me sens lentement entraîner en rond. Je monte et je descends dans une alternance de sensations binaires : souffrance (faim, irritation due à une couche souillée, réveil brutal à cause d’un bruit), plaisir … Lire la suite

Publié dans l'incontournable imposture d'être | 5 commentaires

L’incontournable imposture d’être : l’incontournable…

… tic tac – tic tac – tic tac… Le bruit s’affirme au fur et à mesure que je vois un point rose se multiplier pour devenir un embryon puis un foetus. « Depuis que ton zygote s’est bien accroché, a commencé pour … Lire la suite

Publié dans l'incontournable imposture d'être | 5 commentaires

L’incontournable imposture d’être : Perspective

(suite de « quitter la vie, c’est mourir un peu« ) … Et d’un seul coup, comme un barrage qui saute, une vague de désespoir m’engloutit sans crier gare. Comme une nausée, une envie de brailler me submerge. De me laisser aller sans retenue comme un … Lire la suite

Publié dans CONTES FAFERLUS, l'incontournable imposture d'être | 5 commentaires

L’incontournable imposture d’être : quitter la vie, c’est mourir un peu…

Voudrai me réveiller. Ouvrir les yeux. Bouger. Ankylose. Brume. J’attends. J’entends. murmures. Confus. Des voix. Jeanne d’Arc ? Non, ma fille Hortense. Elle pleure. Ça lui arrive souvent. Une voix doctorale. Mâle. Ma fille avec un mâle que je ne connais pas ?… … Lire la suite

Publié dans CONTES FAFERLUS, l'incontournable imposture d'être | 5 commentaires